• La théologie féministe, oui, elle existe ! (3) Suite et fin

    Nous terminons la traduction de la conférence que Juan Jose Tamayo a prononcée à l'inauguration d'une faculté consacrée à la théologie féministe au Salvador.

    On peut lire le texte original espagnol sur:http://www.adital.com.br/site/noticia.asp?lang=ES&cod=76112  

    et la traduction anglaise sur:

    http://iglesiadescalza.blogspot.fr/2013_06_30_archive.html

    Voici  la traduction française faite par Michelle C.Drouault

     

    CONFÉRENCE PRONONCÉE À L’INAUGURATION DE L’ECOLE DE THÉOLOGIE FÉMINISTE DE L’ASSOCIATION DES FEMMES CATHOLIQUES DU SALVADOR POUR LE DROIT À DÉCIDER

    San Salvador, 28 Juin 2013

     

    LA RÉBELLION DES FEMMES

    Dans les dernières décennies, nous avons assisté à une véritable rébellion des femmes dans la sphère des religions, tant au niveau personnel que collectif ; à l’intérieur des religions comme dans la société.

    -A un niveau personnel, elles ont consciemment transgressé les normes et les orientations en matière de sexualité, de relations de couple, de planification familiale, d’options politiques…

    -A l’intérieur des religions, elles ont créé des mouvements et des associations de femmes, qui exercent leur liberté d’organisation et fonctionnent de manière autonome, en marge des hommes, et se confrontent aux autorités religieuses,

    -Dans la société elles jouent une part activent dans les mouvements féministes et les organisations sociales, comme expression de la convergence des luttes pour l’émancipation des femmes, et comme manière de s’engager dans les secteurs où sont les plus vulnérables de la société.

    LA RÉBELLION DES FEMMES À L’INTÉRIEUR DES RELIGIONS CONSTITUE UN DES FAITS MAJEURS DE L’HISTOIRE DES RELIGIONS, d’une signification profonde, et qui a d’importantes répercussions politiques et sociales.

    Elle suppose une avancée de la lutte pour l’émancipation des femmes, et pour la libération des marginaux et des exclus.

    Par conséquent, la rébellion féministe des femmes croyantes doit compter sur l’appui des collectivités et des personnes religieuses ; mais aussi sur celui de tous les citoyens et citoyennes impliqué-es dans la lutte pour l’émancipation des peuples soumis à différentes formes d’oppression.

    L’INDIGNATION DES FEMMES CROYANTES CORRESPOND À LA SITUATION D’INDIGNITÉ DANS LAQUELLE ELLES SONT MAINTENUES dans la majorité des systèmes de croyance, des religions, et des mouvements spirituels.

    Fruit de cette rébellion, surtout cultivée par les femmes, une nouvelle manière de vivre et de penser la foi religieuse à partir de sa propre subjectivité, a surgi dans les différentes religions :

    LA THÉOLOGIE FÉMINISTE !

    -Elle part de l’expérience de souffrance, de lutte et de résistance des femmes contre la patriarcat et ses différentes manifestations,

    -Elle retrouve la mémoire des anciens qui ont travaillé pour faire avancer l’Histoire vers la liberté des opprimés, et pour l’émancipation des femmes de tout type de discrimination,

    -Elle réécrit l’histoire des religions dans une perspective de genre, en donnant une voix et une présence aux femmes silencieuses dans le patriarcat religieux,

    -Elle utilise les catégories des études sur le genre pour analyser de manière critique les structures patriarcales et les discours androcentriques des religions, et proposer une théologie alternative qui contribue à l’émancipation des femmes dans tous les domaines de leur existence.

    La théologie féministe n’est pas une théologie spécifique qui s’occupe thématiquement des questions relatives aux femmes, ni qui intéresse seulement les femmes, et qui serait élaborée par les femmes seules.

    Il s’agit d’une théologie fondamentale, qui veut donner raison à une foi en Dieu qui ne soit pas soumise à un modèle divin patriarcal, mais à l’enseignement de Jésus, et au mouvement égalitaire des femmes et des hommes qui ont décidé de le suivre.

    C’est une théologie de la libération, qui veut contribuer au salut de tous les opprimés, et à la transformation des structures religieuses hors du domaine masculin.

    C’est une théologie critique, qui recourt aux méthodes historico- critiques et à la théologie féministe, et utilise (ce qu’on peut appeler) « l’herméneutique de la suspicion » pour lire les textes fondateurs des religions dans une perspective de genre.

    L’ »herméneutique de la suspicion » s’étend aussi aux traductions et interprétations ; en majorité effectuées à partir de présupposés andro et anthropologico-centriques.

    Cette théologie reconnaît les femmes comme sujets religieux, moraux, et théologiques ; comme interlocutrices directes avec Dieu sans l’intermédiaire des hommes, et porteuses de grâce et de salut !

    Les théologies féministes se répandent dans la majorité des religions.

    A LA RÉVOLUTION FÉMINISTE, LA PREMIÈRE À CARACTÈRE PACIFIQUE DE TOUTE L’HISTOIRE, LE PATRIARCAT RÉPOND PAR LA VIOLENCE DE GENRE !

    A la théologie inclusive du genre, nombre de religions répondent par l’exclusion des femmes !

    CONCLUSION

    Au XIXème   siècle, les religions ont perdu la classe ouvrière* parce qu’elles se sont placées aux côtés des patrons qui exploitaient les ouvriers, et elles ont condamné les révolutions sociales qui luttaient pour une société plus juste et plus solidaire.

    Les travailleurs ont tourné le dos aux religions parce qu’ils se sont sentis trahis par elles, s’éloignant la plus part du temps du message égalitaire et solidaire des origines.

    Au XXème siècle, les religions ont perdu les jeunes et les intellectuels*, à cause de leurs positions philosophiques et culturelles intégristes, s’éloignant des nouveaux enjeux de la modernité.

    Si elles continuent dans la voie patriarcale dans laquelle elles cheminent actuellement,

    au XXIème  siècle, les religions perdront les femmes, jusqu’à présent leurs meilleures et plus fidèles adeptes.

    Sans la classe ouvrière, sans les jeunes, sans les intellectuels et sans les femmes, les religions seront arrivées à leur fin !

    Elles ne pourront rejeter la culpabilité de leur cuisant échec sur personne.

    Elles se seront fait « harakiri » !

    Pour un approfondissement de ces idées, voir :

    Juan José TAMAYO, «  Une autre théologie est possible, le pluriculturalisme religieux, l’interculturalité, et le féminisme », Barcelone 2012, 2éme édition, et plus spécialement le chapitre : « Une révolution féministe dans la théologie », p. 213 à 265.

     

    Notes de la traductrice :

    *1 Cela nous paraît surtout valable pour le christianisme catholique ; par ailleurs christianisme et islam ont légitimé longtemps l’esclavage.

    Cependant, on peut mettre un bémol avec le clergé catholique irlandais, qui a défendu en sous main les ouvriers irlandais contre l’oppression britannique, le clergé polonais qui a soutenu Solidarnosc.

     

    *2 L’islam chiite en Iran s’est attiré les intellectuels, l’islam sunnite en Algérie les jeunes.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :