• VENTRILOQUES DE DIEU

    Dans une interview à la « Revue des 2 mondes », Rémi Brague, professeur de philosophie, membre de l’Académie des Sciences morales et politiques, évoque « l’élargissement du regard »(…) et même de l’Humain(…) qu’a introduit le christianisme dans l’évolution des religions.

    Selon lui, avant la période évangélique, n’était considéré comme humain qu’un mâle adulte, non esclave et citoyen(Romain ou Grec) à l’exclusion de tout autre(les étrangers, ou « métèques ») ; ou un mâle juif circoncis et introduit dans la communauté.

    Le bouleversement aurait été introduit par Saint Paul avec son célèbre constat : « Il n’y a plus ni juif ni grec, ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme ; nous sommes tous égaux et unis dans le Christ »…

    Avec une certaine ironie bienveillante, Brague estime que St Paul(lui même juif à l’origine) déconstruit là une des principales prières juives, où l’homme remercie Dieu de ne pas l’avoir fait naître païen, femme ou esclave.

    Par le christianisme, nous sommes donc toutes et tous pleinement , également humains.

    Il me semble par conséquent extraordinaire de voir combien ceux qui ressassent les « racines chrétiennes » de l’Europe(alors que le christianisme européen n’est qu’une importation de celui d’Orient), dévoient et trahissent ce message fondamental, en créant des exclusions à cette humanité universelle, et en refusant d’accueillir les migrants ou en les regardant se noyer sous leurs fenêtres ; quand ce n’est pas , comble de l’horreur et de la contradiction, en étalant des banderoles « Vous n’êtes pas les bienvenus » à leurs prochains…

    Poursuivant son propos, Brague remarque que le christianisme ne comporte aucune prescription sur le quotidien des fidèles : habillement, alimentation, vie intime.

    D’après lui, les « commandements de l’Eglise » sont des conseils, auquel nul n’est tenu dans l’absolu de se conformer. Les seuls commandements sont le Décalogue, enrichi et transformé par l’amour du prochain prêché par Jésus. « Toute la loi est renfermée dans ce seul précepte : Vous aimerez votre prochain comme vous même » (Galates, 5, 14) On ne demande au fidèle rien d’autre.

    Je me suis à nouveau interrogée sur les raisons qui ont pu faire de ce nécessaire « élargissement du regard », et de cette foi non prescriptive, un canal de pensée conservatrice et oppressive pour les femmes, au point que le catholicisme leur dénie à nouveau la qualité d’être humain lorsque leur vie ou leur santé est mise en danger par une grossesse, ou que celle-ci résulte d’un crime. Il ne leur est proposé que le martyre obligatoire. Ce qui n’a aucune valeur puisqu’il doit être choisi en toute liberté : « au moment d’entrer librement dans sa Passion » nous dit la Liturgie à propos de Jésus.

    Comment ce même christianisme libérateur s’est t- il laissé instrumentaliser pour proclamer que le seul mode de vie possible soit la famille nucléaire hétérosexuelle ?

    On ne peut dire que la Bible, riche en rebondissements, offre ce type de modèle ; quant à la « Sainte famille », c’est une construction du XIX éme siècle, élaborée dans des buts démographiques, idéologiques, politiques, dans une alliance avec les gouvernements conservateurs du capitalisme industriel. Tous les historiens sérieux s’accordent à supposer que Jésus avait de nombreux frères et sœurs :Trois évangélistes, Jean(2, 12),Luc (8, 19), Marc(3, 32) évoquent la mère et les frères de Jésus qui le cherchent, c’est à dire sa famille.

    Les apôtres étaient mariés, et vivaient en famille élargie. Et les dialogues de Jésus avec des femmes de tous horizons nous disent qu’à ses yeux, ce n’est pas leur mode de vie mais leur foi qui est importante. (La Samaritaine aux 5 maris , dont le dernier est un concubin) St Paul évoque d’ailleurs « le primat de la foi sur toute pratique ».

    Alors ?  On serait tentée de répondre que la principale explication réside dans la confiscation par des personnes de sexe masculin du message chrétien, bien que de nombreuses femmes des premières communautés chrétiennes soient nommées dans les Actes des Apôtres.

    Ce message aurait –t-il semblé si dangereux aux mâles hétérosexuels que, voyant leur hégémonie menacée par son essence même, ils se seraient dépêchés de le détourner pour l’adapter à leurs intérêts, gardant au passage quelques concepts païens et/ou juifs ? (la soi-disant impureté des femmes en est un exemple).

    Quand au jugement sur les autres, à la frénésie de vouloir réglementer leur vie amoureuse et sexuelle, ce sont là des notions soit contraires aux préceptes évangéliques(« Ne jugez point , afin  de n’être point jugés ») soit inexistantes. Seuls sont condamnés l’adultère, et la répudiation unilatérale qui existait seule à l’époque, en raison de la « dureté de cœur » masculine dénoncée par Jésus.

    Le même St Paul se montre d’ailleurs fort circonspect envers les pourfendeurs d’impureté :

    (Romains, 14, 14) : « Je sais et je suis persuadé selon la doctrine du Seigneur Jésus, que rien n’est impur de soi-même, et qu’il n’est impur qu’à celui qui le croit impur ».

    Autrement dit, ce sont les puritains qui pensent à mal…. 

    Aussi la plus grande prudence s’impose au sujet des religions devenues « radicales », ou « déformées ». Exhorter sans cesse les fidèles de l’Islam à réformer cette confession est risible si nous ne balayons pas devant notre porte : on a fait d’un message révolutionnaire et universaliste quelque chose d’étriqué, bourré d’injonctions inventées, instrumentalisé par les pires conservateurs misogynes et homophobes, voire xénophobes… 

    La plus choquante instrumentalisation récente, d’une véritable indécence, a été celle d’un politique américain. Pour justifier les séparations des enfants de leurs parents migrants clandestins à la frontière mexicaine,  qui ont ému le monde entier, il s’est servi de citations bibliques tronquées : aux nombreux citoyens et parlementaires catholiques ou protestants qui s’insurgeaient avec raison, même à l’intérieur du camp républicain, il  a opposé l’obéissance prônée aux chrétiens par le même St Paul aux lois des pays qu’ils habitent et aux gouvernants. 

    Or de nombreux théologiens estiment que certaines recommandations de l’apôtre ne sont que des réponses à des questions incessantes posées par des communautés encore balbutiantes et fort indisciplinées ; la situation des chrétiens étant encore très difficile, avec des persécutions fréquentes, il n’allait pas leur conseiller la révolte ouverte ! Transposer cette directive de nos jours est faire preuve d‘une honteuse mauvaise foi. Mais surtout, se servir d’une religion caractérisée par l’amour du prochain pour justifier des traitements de torture morale, est immonde.

    L’intervention de cet homme m’a offensée en tant que chrétienne. J’ai senti mes convictions bafouées, trahies au service de l’horreur la plus inhumaine, celle qui s’attaque aux vulnérables que sont les enfants. « Je vous le dis en vérité qu’autant de fois que vous aurez manqué à rendre assistance à l’un de ces plus petits, vous aurez manqué à me la rendre à moi même »(Matthieu, 25, 45). On ne saurait être plus clair. Mépriser ou maltraiter les enfants, c’est mépriser Dieu. » Quiconque reçoit en mon nom un petit enfant comme celui-ci me reçoit, et quiconque me reçoit, reçoit Celui qui m’a envoyé » (Marc, 9, 36)

    Curieusement, nous n’avons pas été nombreux à nous indigner de cette forfaiture et de cette duperie grossière. Nous n’avons pas été nombreux à démontrer cette imposture en citant les véritables paroles qui indiquent le respect inégalable dû aux enfants dans le christianisme.

    Pourquoi, je n’en sais rien. J’espère que mes lecteurs et lectrices excuseront ce foisonnement de citations, elles m’ont paru fondamentales.

    A grincer des dents en lisant les légitimations oiseuses de ce triste sire, je me suis sentie saisie d’une immense compassion pour mes frères et sœurs musulmans qui entendent si souvent des  déformations absurdes de leurs textes sacrés pour justifier l’injustifiable.

    C’est une insondable douleur. Qu’ils me permettent de la partager avec eux.

    Et je ne comprends pas pourquoi, alors qu’il n’est pas de jour où une tribune, un journaliste, un politique, ne pérore sur le nécessaire « aggiornamento » de l’Islam (sans être musulman en général), ces propos n’ont pas provoqué semblable polémique ? On doit remercier les citoyens américains juifs ou musulmans de ne s’être pas indignés en clamant » On ne s’attaque pas aux enfants au nom de Dieu ! les chrétiens ne doivent pas tolérer cela ! ». Peut être certains l’ont ils fait ?  Un pareil chantage, menacer les immigrants d’être séparés brutalement de leurs enfants, est une forme de terrorisme. Invoquer d’hypothétiques lois divines est une ignominie.

    Qui n’enlève rien, hélas aux autres terrorismes.

    Qui que nous soyons, quels que soient notre sexe, notre orientation sexuelle, notre statut, notre ethnie ; et quelle que soit notre confession, ne laissons pas des personnes ou des groupes assoiffés de pouvoir s’approprier Dieu pour être son ventriloque.

       

    Michelle C. DROUAULT

         


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :