•  

    AASIYA NOREEN BIBI (connue en Europe sous le nom d’Asia BIBI), jeune femme Pakistanaise de 37 ans, mariée et mère de quatre enfants, a été condamnée le 8 Novembre 2010 à la peine de mort par pendaison par un tribunal du Pendjab en vertu de la loi sur le blasphème.

    Chrétienne, elle aurait répondu à des voisines qui lui reprochait d’avoir souillé l’eau d’un puits en y puisant de l’eau, qu’elle n’était pas sûre que le Prophète aurait approuvé ce comportement…Accusée de blasphème, il lui a été demandé de se convertir à L’Islam pour « racheter » ses paroles ; ce qu’elle a refusé.

    Depuis, elle croupit dans une prison du Pendjab, dans des conditions sanitaires déplorables et dangereuses pour sa santé et sa vie.

    La loi de 1986 sur le blasphème au Pakistan touche aussi des Musulmans : depuis cette date, 452 d’entre eux ont été touchés, sur plus de mille condamnations, pour 456 Ahmadis, 132 Chrétiens et 21 Hindous.

    Mais pour le moment, Aasiya est la seule femme condamnée à mort à ce titre. S’étant vu dénier le droit à un défenseur, elle s’en est vu fournir un par la Fondation Mashihi, qui a fait appel.

    Le « Jinnah Institute » , ( en référence au fondateur du Pakistan , Muhamad Ali Jinnah, qui souhaitait un Pakistan laïc) qui s’occupe de son cas a relevé des irrégularités dans son arrestation et les dépôts de plaintes.

    Cependant, il est devenu héroïque de défendre publiquement la jeune femme : SALMAN TASEER, gouverneur du Penjab, a été assassiné le 4 Janvier 2011 pour l’avoir soutenue, puis SHABBAZ BHATTI, Ministre Chargé des Minorités Religieuses, lui même catholique, a été abattu le 2 Mars 2011.

    L’appel déposé par l’avocat d’Aasiya Bibi VIENT D’ÊTRE REJETÉ PAR LE TRIBUNAL CE JEUDI 16 Octobre 2014.

    Certains religieux fondamentalistes parlent déjà d’une victoire pour l’Islam !

    Une pétition de l’ACAT ( Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) circule, et a déjà recueilli plus de 5000 signatures en deux jours.

    La peine de mort est inacceptable ; la liberté religieuse des citoyens et citoyennes doit être garantie partout dans le monde ; la haine des femmes doit cesser !

    SAUVONS AASIYA BIBI, signez la pétition !

    http://www.acatfrance.fr/action/condamnation-a_mort_confirmee_pour_asia_bibi

     

     


    votre commentaire
  • Dans une interview publiée dans le magazine « Télérama » de fin Juillet, Delphine Horvilleur, rabbin, ancienne journaliste, constate  « qu’il n’est plus possible que, dans un monde où hommes et femmes partagent leur érudition dans toutes les sphères de la société, synagogue, mosquée et église, soient les seuls lieux où la femme est réduite à sa fonction de mère et d’épouse »

    Nous recommandons à nos lectrices la totalité de l’article, dans lequel une des rares femmes rabbins qui existent en France reprend pour les contester les interprétations de la Genèse qui justifient soi-disant la « complémentarité » de la femme par rapport à l’homme : être relatif réduit à son sexe biologique. C’est à partir de l’hébreu qu’elle re-situe le véritable sens des termes, comme l’ont déjà fait plusieurs auteur-es catholiques

    ( voir le livre de André.WENIN, D’Adam à Abraham ou les errances de l’humain, Paris, cerf, 2007 p 57et suivantes ;

    voir aussi l’article de Michèle JEUNET sur le site du Comité de la Jupe : http://www.comitedelajupe.fr/du-grain-a-moudre/reflexions-bibliques-et-theologiques/adam-etait-il-un-homme-par-s-m-jeunet/ 

    ou sur son blog : http://aubonheurdedieu-soeurmichele.over-blog.com/article-une-interpretation-non-sexiste-du-2eme-chapitre-de-la-genese-87465317.html

     

    De même, avec beaucoup de finesse, elle pose la question du voile dans l’Islam, sans y répondre, bien sûr : s’agit-il d’une revendication de sujets autonomes, ou d’une lecture masculine des textes coraniques ?

    En fait, sommes-nous, femmes croyantes des trois monothéismes, l’objet d’immenses escroqueries intellectuelles et théologiques, visant à conserver aux hommes le pouvoir et la domination, ainsi que les décisions politiques ?

    Cet état de fait est-il en soi une violence supplémentaire envers les femmes ou encourage-t-il  simplement les violences faites aux femmes en général ?

     

    Irene Zeilinger,  auteure autrichienne, a publié en 2008 un « manuel d’auto défense à l’usage des femmes, « NON, c’est NON », dans lequel elle énumère toutes les formes de violence auxquelles elles sont sujettes, et elle les détaille :

    -la violence physique

    -la violence psychologique ou morale (qui a mis longtemps à être reconnue, et inclut la négation des perceptions de la victime) 

    -la violence sexuelle : agressions, viol (y compris conjugal), mutilations génitales

    -la violence économique (contrôle abusif sur les biens ou le salaire d’une femme, faire peser sur elle de manière inégale les charges du ménage, exploiter une femme âgée et vulnérable)  la violence émotionnelle (manipulation) ;

    -la violence sociale (isolement) ;

    -la violence intellectuelle ;

     et la VIOLENCE SPIRITUELLE.

    Elle définit celle-ci comme « tout comportement qui stigmatise les croyances religieuses ou culturelles d’une femme », mais aussi toute coercition : tentatives de conversion forcée à une religion différente, et « PRATIQUES COERCITIVES EXERCÉES OU JUSTIFIÉES DANS LE CADRE RELIGIEUX ». Elle y ajoute le fait, par ces pratiques ou discours, de nuire à l’estime de soi des femmes, et de véhiculer des stéréotypes d’infériorité genrée.

    C’est la première fois que nous voyons ce type de violence listée et reconnue, et nous ne pouvons qu’en féliciter l’auteure.

    Mais il nous appartient d’aller plus loin : quand nous sentons nous violentées dans le cadre de notre religion, quelle qu’elle soit ?

    Il m’est arrivé de me sentir brûlante de colère à la lecture de certains textes écrits par des responsables religieux masculins, pour dire une fois de plus aux femmes ce qu’elles doivent être, faire et croire.
    Peut-on une minute imaginer l’inverse ? Qu’une femme rabbin, ou évêque, tienne de grands discours publics sur le comportement, l’habillement ou les devoirs de ses coreligionnaires masculins ? Les femmes n’ont pas cette suffisance !

    Nous sommes également nombreuses à être sorties furieuses et humiliées d’une église ou d’une salle de prière, après avoir entendu des homélies ou des prêches qui nous traitaient en moitiés d’êtres humains, ou niaient tout simplement le respect du à nos vies, (comme les homélies catholiques qui soutiennent qu’un avortement ne doit être autorisé en aucun cas, même celui de danger pour la mère)

    La violence intellectuelle comprend l’empêchement de l’accès aux textes sacrés et à leur étude (femmes juives empêchées d’étudier la Torah dans le judaïsme orthodoxe par exemple), et le détournement des textes qui est une violence autant intellectuelle que spirituelle.

     

    Dernièrement, la nomination de femmes au titre d’évêques dans la religion anglicane a défrayé la chronique. Des évêques anglicans africains se sont opposé à cette réforme avec un argument théologique absurde : la Cène (le dernier repas du Christ) n’aurait compris comme « invités » (il ne s’agit pas d’un salon !) que des hommes… Sous leur apparente absurdité, ces propos sont extrêmement violents, et c’est ce genre d’arguments qui sont utilisés dans l’Eglise catholique romaine pour exclure les femmes de la prêtrise et de l’épiscopat avec l’autre argument similaire que Jésus n’auraient appelé que des hommes à être apôtres. Nous renvoyons, pour contredire ces arguments à l’excellent article du Père Joseph Moingt :

    http://femmes-ministeres.org/?p=202

     

    La violence spirituelle s’exerce envers nous chaque fois qu’au lieu de trouver la paix de Dieu et le moyen de nous améliorer et d’apporter cette paix aux autres en lisant un texte, en assistant à un office ou une prière, nous sommes confrontées à des propos qui nous trahissent ; nous renvoient une mauvaise image de nous mêmes ; rejettent la responsabilité des erreurs et fautes des  personnes de sexe masculin sur nous ; nous assignent une place obligatoire de servante(qui n’a rien à voir avec le service volontaire des autres),malmènent nos corps ; ou nous culpabilisent d’avoir voulu préserver nos vies en quittant un mariage toxique, ou en ayant recours à une interruption de grossesse indispensable.

    Que ces beaux parleurs sacrifient leur propre vie ! Ceux-là ressemblent aux pharisiens et aux légistes dont Jésus parle dans l’évangile de Luc 11/46 : «  Vous chargez les gens de fardeaux impossibles à porter, et vous-mêmes ne touchez pas à ces fardeaux d’un seul de vos doigts »

    La violence spirituelle s’exerce à notre encontre chaque fois qu’on tente de nous persuader que des contraintes humiliantes ou absurdes nous conduisent au salut : une proche musulmane m’expliquait comment dans certaines régions on endoctrinait de très jeunes femmes afin qu’elles portent un niqab et des gants, des bas et des chaussures fermées, même par des chaleurs accablantes : chaque goutte de sueur les rapprocherait du Paradis !!

    De même, toutes les théories qui nous proclament « impures » à certaines périodes du mois parce que nous saignons, ne sont que des héritages de superstitions païennes, et d’ignorance du fonctionnement du corps humain. Rien de ce qu’a pu créer Dieu n’est impur.

    Le sang des menstrues est simplement celui qui n’a pas servi à implanter un embryon dans notre utérus. Celui de l’accouchement est le résultat d’un processus normal. Il n’existe aucune raison de se « purifier » après un accouchement. Le retour de couches est lui aussi un évident retour du corps de la femme à son fonctionnement ordinaire.

    Nous décréter impures ou dire que nous allons faire tourner la mayonnaise en cuisinant ces jours là relève de la même absurdité. Cela n’a rien à voir avec l’Amour de Dieu.

    Bien malheureusement, certaines femmes se font les courroies de transmission de telles pratiques, soit pour être bien intégrées dans leur communauté ; soit pour se venger sur leurs filles de ce qu’elles ont elles-mêmes subi, en espérant illusoirement se décharger du poids de leurs souffrances. Une jeune amie juive s’est trouvée très humiliée de se voir infliger par sa mère un bain rituel après une IVG.

    La violence spirituelle est un écran : elle empêche, au contraire les femmes de se rapprocher de Dieu, car elle les fait fuir les églises , les mosquées et les synagogues ; elles peuvent se laisser attirer par les philosophes athées qui énoncent que les religions ne sont que des empêcheuses de tourner en rond et de vivre, et qu’elles doivent être éradiquées.

    Ce qui doit être éradiqué, c’est la domination d’un genre sur l’autre, car la source de la violence spirituelle est là. Dans des sphères où les religions ne sont pas en cause, les

    présupposés sur la faiblesse, l’incapacité, ou la duplicité des femmes sont semblables.

    Il n’est qu’à relire les débats parlementaires sur le vote des femmes, chaque fois que ce sujet a été proposé au suffrage. C’est la religion, au contraire, qui a été accusée d’influencer les femmes et les rendre inapte à des droits civils, par des députés laïques et souvent athées qui leur niaient toute capacité de discernement.

    Quand ce n’était pas la religion, c’était leur Nature, leur conformation, leur devoir*….un véritable florilège d’incantations terrorisées par le simple concept d’égalité tant prêché par la Révolution.

    La violence spirituelle, c’est cette image d’un Dieu-Père Fouettard, de genre masculin évidemment, dont une des volontés premières serait de maintenir éternellement les femmes sous le boisseau par le biais de rites et de soumissions encastrés les uns dans les autres comme des poupées russes. Une volonté qui se serait manifestée uniquement à des hommes, dotés d’une sorte de téléphone rouge spirituel…

     

     

     

    Michelle.C.DROUAULT et Michèle JEUNET

     

     

     

     

     

     

    * Le philosophe René Rémond relève, dans son ouvrage sur l’antichristianisme contemporain, que dans les débats parlementaires sous la III éme République, l’Eglise a été accusée de soustraire les femmes, dans le secret de la confession, au « plus sacré des devoirs »….le devoir conjugal ! Les confesseurs semblaient conseiller en effet l’abstinence aux femmes qui ne voulaient pas enfanter chaque année ; abstinence qui obligeait leurs époux à porter un autre regard sur elles, peut être ? Dans le même temps, au Québec, le clergé enseignait aux épouses que se refuser à son mari était un pêché mortel…pour raison politique : il s’agissait de faire davantage d’enfants que les anglophones.


    1 commentaire

  •  La presse européenne dans son ensemble  a diffusé l'information d'un charnier de 796 cadavres. C'est une erreur.

     

    Seuls 20 squelettes ont été trouvés(ce qui est déjà trop!)  CEPENDANT les actes de décès de 796 bébés et enfants , portant effectivement mention de malnutrition ou de maladie, ont été retrouvés sans être accompagnés de permis d'inhumer , ou d'indication de sépulture. Où sont ils ? cela crée un distinguo que nous nous devons de rétablir, bien que le restant de l'article comporte des questions essentielles qui demeurent.


    votre commentaire
  • Le drame récent de la découverte d’un charnier de bébés et d’enfants dans le jardin d’un ancien couvent à Tuam, en Irlande, a provoqué la révolte de beaucoup d’européens.

    796 bébés et jeunes enfants, âgés de 0 à 9 ans et issus de mères célibataires, ont été jetés dans une fosse, enveloppés d’un sac de toile, sans véritable sépulture, ni moyen d’identification.

    Les causes de leur décès vont de la négligence à la malnutrition ou la maladie sans soins.

    Il s’agit d’actes d’une profonde déshumanisation, comme on a pu en voir durant la Seconde guerre mondiale, ou les génocides modernes de Bosnie ou du Rwanda : déchoir la vie humaine jusqu’à n’être plus qu’un détritus sans nom.

     

    Cependant, s’il est évident que ces actes odieux doivent être jugés avec rigueur ; leur traitement médiatique laisse perplexe.

    En effet, la plupart des hebdomadaires et quotidiens français, par exemple, présentent ce drame comme un énième méfait de l’Eglise catholique Irlandaise, exonérant ainsi la société qui, pendant plus de quarante ans, a réduit les mères célibataires et leurs enfants à la misère et à mendier la charité de religieux bornés ou fanatiques.

    Si des jeunes filles entre 12 et 25 ans ont été recueillies enceintes dans ce couvent entre 1926 et 1961, c’est que leurs enfants avaient des géniteurs qui se sont totalement désintéressés de leur sort et de celui de leur mère, tout en connaissant le rejet dont ils seraient l’objet.

    Si elles étaient parfois si jeunes, c’est probablement que nombre d’entre elles ont été violées ou abusées, parfois par des membres de leur famille. Rappelons que le viol et l’inceste sont des crimes. Certains de ces hommes sont peut être encore en vie.

    Enfin, les familles ont préféré jeter ces jeunes filles et femmes à la rue que les accueillir, comme le recommandait leur foi chrétienne.

    L’Etat qui finançait en partie ces foyers pour « filles-mères », a fermé les yeux, et n’a exercé aucun véritable contrôle sanitaire ou social sur ces établissements.

    Il est aisé de jeter la pierre à l’Eglise en la désignant comme source de ces mauvais traitements et de ces meurtres déguisés ; alors que c’est une société toute entière qui a fait porter aux victimes le poids de l’inconscience ou des abus d’hommes en général adultes, en  rejetant les mères non mariées comme des parias.

    Omettant le fait que les mères célibataires étaient aussi victimes de rejets violents dans l’Angleterre anglicane voisine, on a beau jeu de plaider « l’influence »paralysante de l’Eglise : chacun dispose son libre arbitre ; et garder à la maison sa fille enceinte et son enfant n’aurait mené personne à la prison.

    On oublie enfin que chaque baptisé reçoit la Parole de Dieu qui n’est que miséricorde et générosité, et qu’il relève de sa conscience de se laisser, ou non, persuader du contraire par des clercs sadiques et frustrés.

     

    Par ailleurs, le rejet des mères non mariées n’est nullement une caractéristique de la seule Eglise catholique, mais un problème universel et très ancien, qui relève de la TRADITION patriarcale ou tribale, et non de la religion, qu’elle appelle en général en renfort pour asseoir sa légitimité. Voici quelques mois, le film « Wajma, une fiancée afghane »  montrait le calvaire d’une toute jeune fille enceinte d’un amoureux peu fiable, qui voit toute sa vie bouleversée, et est l’objet de la violence aveugle de son père, qui la frappe, l’enferme, la prive de nourriture, lui retire le droit d’étudier, simplement en raison de « la honte » que constitue une maternité célibataire pour l’honneur de la famille, et finit par la contraindre à avorter contre son gré.

    Dans sa lutte contre les viols comme armes de guerre, le sénateur John Kerry rappelait que malheureusement, les jeunes filles ou femmes ainsi violées sont souvent rejetées par leur famille.

     

    Voir la barbarie ailleurs que dans son pré carré est une tentation, mais la barbarie envers les femmes est omniprésente, sous toutes les formes, dès qu’elles sortent de la zone de contrôle des hommes. Certaines femmes y contribuent par peur, ou intériorisation aliénante des codes dominants.

    Saluons la phrase magistrale de la journaliste Martina Devlin de l’ « Irish Indépendant », qui dans son article « The lost children of Galway » clame sa révolte devant ce que toutes les religions, toutes les traditions , affirment: « le péché n’est JAMAIS celui des hommes ! »

    Il nous appartient à tous et toutes de faire cesser cela.

    Michelle DROUAULT

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

    Une bonne analyse, parue dans les  « Nouvelles News, l’autre genre d’info » de la tuerie de Santa Barbara du 23 mai.

     

    http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/civilisation-articles-section/civilisation-categorie/3682-elliot-rodger-assassin-misogyne

     

    Un jeune homme conduisant une voiture noire a délibérément ciblé des jeunes femmes qu'il a tué par balles avant d'échanger des tirs avec les forces de l'ordre. Il a été retrouvé mort dans son véhicule.
    La presse américaine mentionne le nom d'Elliot Rodgers. Il s'agirait donc du fils du directeur adjoint de la série de films «The Hunger Games», Peter Rodgers.
    Le bilan de la fusillade est de sept morts, dont le tueur. Selon les autorités, ses actes semblent avoir été « prémédités ».

    L’assassin a laissé une video où il déclare :

    « Je vais prendre un grand plaisir à toutes vous massacrer. Vous allez enfin voir que c’est en réalité moi qui suis supérieur. Le vrai Mâle Alpha. »

    (Article paru dans la Voix de l’Amérique du 27 mai)


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires