•  

    Si le terrorisme est la violence utilisée pour promouvoir une idéologie, alors, la violence envers les femmes est elle l’instrument de promotion du patriarcat ?

    C’est la question pertinente que pose l’auteure britannique  Karen INGALA SMITH.

    Poursuivant notre réflexion sur la domination masculine vue comme un virus mutant qui s’adapte aux circonstances et au terrain,, nous avons émis l’hypothèse que les luttes de femmes étaient freinées et entravées par 3 types d’actions et d’intimidations contemporaines, qui sont des violences déguisées, et contribuent à ce terrorisme :

     1 Le masculinisme, qui utilise la paternité  pour récupérer le contrôle et le pouvoir sur les femmes et les enfants,

     2 Une frange de personnes « transgenre » qui nie l’expérience et le vécu spécifique de celles qui sont nées biologiquement femmes, et utilisent le changement de genre comme un véritable cheval de Troie pour pénétrer les espaces dédiés aux femmes.

     Prétendant « se sentir femme »-ce qui est peut être exact- ces personnes publient parfois des diktats sur ce que devrait être à leur sens la libération des femmes, accusant de « transphobes » les femmes qui veulent les tenir à distance. Elles préconisent de pouvoir « devenir femme » sur simple déclaration.

     3 les partisans d’une laïcité rigide et fantasmée, qui nient le croisement des discriminations racistes, xénophobes, et sexistes ; et utilisent le concept de laïcité pour contrôler les femmes.

     Eux aussi prétendent assigner les femmes à une forme de libération obligatoire, dont eux seuls déterminent les contours.

     Pour le sociologue Eric Fassin, le masculinisme n’est qu’un « ressac », un mouvement essentiellement réactionnaire visant à empêcher les femmes de parvenir à l’égalité.

     C’est ce que l’auteure américaine Susan Faludi a nommé « Backlash »(retour de bâton) dans un ouvrage éponyme paru à la fin des années 80 : les luttes d’après 68 avaient un prix…

     Certains masculinistes ont reconnu en coulisses que les « revendications de pères » n’étaient qu’une vitrine de leur mouvement. Sous le prétexte de contrer les soi-disant « excès » des revendications féministes, elle leur permet justement de promouvoir une idéologie patriarcale revisitée et « moderne », le contrôle conjugal et paternel à travers l’enfant ; et à justifier globalement les violences envers les femmes.

     Ces groupes nient à des degrés divers les violences pourtant évidentes et quantifiées envers les femmes. Celles qui les combattent sont traitées de « féministes victimaires » par les masculinistes, de « phobiques » par les trangenres, ou d’ »islamo-gauchistes » par les promoteurs d’une laïcité autoritaire. Ce vocabulaire emprunté à la psychanalyse et à la politique est totalement creux.

     Néanmoins il s’agit d’un terrorisme intellectuel qui se surajoute au premier .

     Peut-on considérer les violences post –séparation(pouvant aller jusqu’au meurtre), les demandes de transfert de garde, les refus de pension alimentaire avec chantage à la garde alternée, les insultes et invectives, le harcèlement, comme du terrorisme ?

     Peut-on considérer que la crainte des femmes de voir des hommes venir dans les refuges de femmes battues au motif qu’ils se sont juste déclarés femmes en empruntant la panoplie de la féminité est justifiée et constitue une menace ?

     Peut-on admettre que le fait d’imposer aux femmes une tenue quelle qu’elle soit, est une entrave à la liberté ?  Qu’empêcher l’existence d’espaces non-mixtes, ou de réunions de réflexion réservées aux personnes se sentant discriminées/racisées est une forme de contrôle qui n’est pas acceptable ?

     Toutes ces violences n’ont qu’un but : rendre leur autonomie d’action et de pensée si périlleuse que les femmes demeurent sous le joug des hommes.

     Le but est qu’ils continuent à profiter de leur travail gratuit et de leurs corps.

     On peut y voir une similitude avec l’esclavage  : les sanctions étaient telles si un esclave tentait de s’enfuir que la masse d’entre eux préférait encore la domination et l’appropriation.

     Puis après l’abolition, chaque fois que les anciens esclaves ont réclamé de nouveaux droits, il s’en est suivi une nouvelle forme de répression et d’intimidation violente.

     Or le patriarcat est un système de privilèges exorbitants que les dominants ne sont pas prés d’accepter d’abandonner et auquel il se cramponnent, dégainant à chaque vague de mobilisation des femmes des armes nouvelles.

     Le travail gratuit des femmes et des filles, la prostitution et la pornographie sont une part considérable de l’économie mondiale qui se chiffre en milliards. Humains et monétaires, les profits ne cessent d’augmenter en faveur de la population mâle et blanche de la planète.

     Les libertés des femmes sont une menace extrême pour ces profits, c’est pourquoi il convient d’en tuer la moindre velléité dans l’œuf.

     Récemment , le mouvement « #Metoo » a tellement bien démasqué l’appropriation générale du corps des femmes et des filles que la patriarcat a utilisé sa dernière carte ; faire appel à des « alliées » féminines pour terroriser et ridiculiser celles qui avaient osé parler.

     Quelques stars et intellectuelles françaises ont été dépêchées pour faire la promotion des femmes comme biens publics.

     Cela n’a pas marché. On ne peut plus mépriser l’intelligence des femmes au point de leur faire confondre le marivaudage courtois dans un salon entre gens de bonne compagnie ; et la harcèlement et le viol .

     Au contraire, la riposte à ces propos archaïques a été un formidable florilège d’analyses plus pertinentes les unes que les autres sur la situation des femmes et des jeunes filles au niveau international, et le soutien de quelques hommes médiatiquement visibles (pendant que d’autres devenaient hystériques à la seule idée de pouvoir être assimilés aux agresseurs !).

     Soyons vigilantes. Les femmes se laissent encore diviser artificiellement, en dehors de leurs véritables différences de pensée politique. Ces divisions sont faites pour nous détourner de la poursuite de notre véritable émancipation à toutes.

     

    Michelle. C. DROUAULT

     


    votre commentaire
  •  Certain(e)s de nos lecteurs /trices ont pu être surpris de ne voir aucun article sur ce blog à la suite de la déflagration de l’affaire Harvey Weinstein ; et de la déferlante des récits de harcèlement, d’agressions, et de viols qui s’est répandue dans le monde , surtout occidental.

     

    Car en Orient, en Afrique et en Asie, c’est tous les jours que les femmes sont agressées, et peu sortent de leur silence tant elles ont pu tout à la fois subir des pressions insupportables pour se taire, et intérioriser l’idée qu’il s’agit d’une fatalité.

    Récemment est paru le témoignage de jeunes femmes détenues en esclavages par Boko Haram, et enfin délivrées par l’armée nigériane…dont certains soldats auraient à leur tour abusé d’elles.

    Les femmes finissent par estimer constitutives de leur vie de fille et de femme les agressions physiques et sexuelles qu’elles peuvent subir, et les remiser dans un coin de leur mémoire.

    Lorsque ces agressions sont graves et/ou répétées ces souvenirs sont de véritables bombes à retardement qui peuvent influer durablement sur leur santé et leur développement. Voire leur espérance de vie.

    On commence seulement à s’en rendre compte, et à prendre au sérieux le syndrome post traumatique, évoqué pour les soldats en zone de conflits aigus ou les victimes d’attentats.

    Il est présent également chez les victimes de violences sexuelles.

    Les politiques modernes vivent une calculette à la main : or ce sont des milliards qui auraient pu être économisés si ces victimes avaient été écoutées, crues, soignées. Ce qui n’est pas le cas. La France est paraît il la championne de la consommation d’anxiolytiques. Y aurait il une relation de cause à effet ?

    J’ai attendu pour m’exprimer de lire les témoignages multiples de femmes de tous les âges et de tous les milieux, quasiment entre 7 et 77 ans comme jadis les lecteurs de Tintin.

    J’ai fini par y ajouter le mien, n’ayant hélas pas échappé à la loi commune.

    Ces témoignages sont effarants par leur nombre, et la certitude d’impunité des agresseurs.

    Les statistiques, nous les avions déjà :

    En France en 2016, 225 000 femmes entre 18 et 75 ans ont été victimes de violences, DONT 30 000 uniquement sexuelles et 32 000 à la fois physiques et sexuelles. 70% de ces violences ont été subies de façon répétées.

    84 000 femmes ont été victimes de viols ou tentatives de viol ; seules 10% ont porté plainte.

    Sur ces 10% de plaintes, la moitié a été classée sans suite ou a été correctionnalisée.

    Lorsqu’on établit des équivalences en termes de population, pour avoir une idée claire du phénomène, 225 000 femmes , c’est le chiffre de la population de la ville d’Annecy !

    31 000, c’est la population de la ville de Dreux.

    Mais ces crimes et délits massifs demeurent impunis.

    Pendant que défilaient les témoignages sur « #Me Too »(Moi aussi), nous avons entendu avec ahurissement les verdicts de deux affaires de viol sur mineures : une fillette de 11 ans et une jeune fille de 13 avaient été jugées « consentantes » et leurs abuseurs condamnés à des peines légères avec sursis. Il y avait bien «Quelque chose de pourri au Royaume du Danemark »pour citer Shakespeare.

    Les réactions masculines ont été frileuses, parfois violentes, mais souvent sournoisement dubitatives. De nombreux hommes ont déclaré « Harceler, moi, jamais ! ». D’autres se sont évertué à démontrer « Qu’il y avait des types bien », ce dont personne ne doute !

    Et enfin est venu l’argument le plus spécieux : la crainte d’une « délation » généralisée.

    Qu’est ce qu’une délation ? selon le Larousse, c’est une « dénonciation faite dans un mauvais dessein, probablement pour obtenir des avantages ou de l’argent ».

    On peut raisonnablement se demander quels avantages , financiers ou autres ont bien pu tirer de leur récit les milliers de femmes courageuses qui ont livré leur intimité, de manière généralement anonyme, c’est à dire sans nommer leur agresseur.

    Cette supposition est offensante, presque insultante, et elle insinue , encore et toujours que les femmes sont menteuses, manipulatrices, et peut être vénales.

    Faisant monter la misogynie d’un cran supplémentaire particulièrement odieux, d’aucuns ont osé la comparaison avec les dénonciations de Juifs aux autorités de Vichy et d’Occupation entre 1941 et 1944. Oubliant par là même que les Juifs n’avaient RIEN fait que d’être eux mêmes, alors que les violeurs ont commis un crime ; les agresseurs un délit.

    Peut on imaginer de semblables discours pour d’autres transgressions de la loi ?

    Alors qu’en ce moment même, associations et travailleurs sociaux bataillent justement pour ne pas être contraints à la « dénonciation »  de sans-abris en situation irrégulière….

    Le concept de délation semble être à géométrie variable.

    Dans quelle société vivons nous, je vous en laisse juges, toutes et tous, en espérant que nous continuerons à lutter pour la rendre meilleure, sans nous décourager.

     

     

    Michelle.C. DROUAULT


    votre commentaire
  •  

    Dans notre dernier article, nous avons émis l’idée que les magasines dits « féminins » étaient de manuels de soumission dévoués au patriarcat, dont la mission est de montrer aux femmes comment s’adapter aux besoins et désirs des hommes d’une époque donnée.

     

     Utilisant un langage et des codes « modernes », ils tentent d’attirer des lectrices dés le plus jeune âge. Dans quel but ?

    Ces hebdomadaires contribuent d’abord largement aux profits d’entreprises et de groupes internationaux puissants : industrie du cosmétique, de la para- pharmacie ; du prêt à porter ; de la parfumerie et du luxe-maroquinerie bijouterie accessoires-.

    Ces groupes étant dans leur écrasante majorité dirigés par des hommes, un double objectif parallèle est poursuivi : faire d’énormes bénéfices tout en gardant les femmes soumises.

    Des articles « légers » mais au ton très directif (le mode impératif est typique de ces magasines) appuyés par des publicités pour tous ces produits industriels, montrent aux femmes et aux jeunes filles quelle est l’image qu’elles doivent atteindre, le comportement qu’elles doivent adopter, pour être un objet désirable. JAMAIS un sujet désirant.

    L ‘apparition éphémère , dans les années 80 d’une presse résolument axée sur les luttes de femmes, et dirigée par des femmes( Des Femmes en Mouvement, Cahiers du Féminisme) a eu un simple effet de saupoudrage : afin de ne pas paraitre « ringarde », la presse féminine a du faire mine de soutenir quelques combats : IVG,  salaires et emploi des femmes. Car contrairement aux années 50/60 la majorité des lectrices travaille et s’informe.

    Cette presse est un exemple frappant des liens étroits entre l’économie, la consommation et l’idéologie véhiculée par la société.

    Voici 50 ans, on publiait une littérature destinée à formater les ménagères consommatrices d’appareils électro ménagers dont la société des Trente Glorieuses avait besoin pour relancer l’économie. (Moulinex libère la femme !)

     L’hostilité moderne au voile ou au foulard, bien largement relayée par cette presse, est elle due en partie à une moindre appétence de certaines femmes et filles musulmanes pour beaucoup de produits vantés, vêtements, fards ou produits capillaires ? A présent qu’il s’est crée une industrie de la mode et des cosmétiques pour femmes musulmanes, la question semble devenue mineure…

     

    Une des industries qui génère actuellement le plus de profit est l’industrie de la pornographie.

    Grâce aux nouvelles  technologies elle est massivement diffusée, et générerait entre 3 et 5 milliards de chiffre d’affaires par an ! Son influence est exponentielle puisque, d’après un chercheur canadien en sociologie, il existerait 1800 fois plus de pages « pornos » sur le Web que voici 5 ans. Et 25% des recherches en ligne auraient pour objet des images ou sites pornographiques. La fortune des dirigeants de Google ou Apple n’est pas un secret.

    Il n’est donc pas étonnant que les magasines « féminins » contemporains qui ne peuvent exister sans le soutien des industries, diffusent sans états d’âme des recommandations et des pseudo « tests », visant à déterminer des normes sexuelles liées à l’imagerie pornographique.

    Les tests sont une manière subtile-ou grossière- d’imposer des modèles.

    Des tests inclus dans des revues pour très jeunes filles visent, depuis de longues années déjà , à évaluer la capacité d’une jeune fille de donner du plaisir à un homme, sous le prétexte d’avoir elle même une sexualité épanouie. La supercherie est que cet épanouissement est censé passer par des » performances » reliées à des images et fantasmes pornographiques totalement androcentrés-je devrais dire phallocentrés-

    Un chercheur québécois a trouvé dans un magasine pour jeunes filles « Adorable »( !) un test intitulé « quelle salope êtes vous ? ». On peut être une « super salope », une « salope normale », ou une « coincée »…

    Cette propagande normative touche le manque de confiance en elles de nombreuses jeunes filles, qui croient de bonne foi qu’apprendre des « techniques » va les faire apprécier et aimer.

    Quand on sait que 51% des garçons en France ont consulté au moins une fois un site pornographique dans l’année et qu’il n’existe dans notre pays pratiquement aucune éducation à la sexualité et aux relations affectives dans les collèges et lycées, on aura compris que la pornographie facilement accessible(aisé sur un smartphone) s’est engouffrée dans cette faille pour remplacer l’éducation .*

    Quant aux parents ils semblent malgré tous les discours tonitruants de « libéralisation » des mœurs », mal à l’aise avec leur propre sexualité au point de refuser d’aborder le sujet de manière générale avec leurs enfants, pour les préparer sereinement à leur vie d’adulte.

    Le problème est que , comme le définit très bien l’auteure américaine Catherine Mc Kinnon, le sujet de la pornographie n’est pas la sexualité , mais la domination. La domination de mâles sur des femmes et des filles proies consentantes qui aiment l’humiliation. C’est cette humiliation qui leur procure à EUX une jouissance sexuelle. Mais elles n’en retirent qu’au mieux une excitation trouble, au pire la souffrance d’être traitées en objet, et une douleur physique.

    « Les corps des femmes ne sont pas des biens publics », a dit une ministre pour contrer le harcèlement de rue. Elle a raison. Mais nombre de jeunes hommes le croient.

    Ils harcèlent les filles et les femmes beaucoup plus fréquemment et violemment qu’autrefois.

    On lit souvent des récits d’agression où l’homme (souvent jeune) « n’a pas supporté » qu’on refuse ses avances. Evidemment. La pornographie montre des femmes toujours prêtes.

    Il semble que dans un quartier où j’ai travaillé 15 ans dans ma jeunesse sans avoir aucun problème, il soit dorénavant difficile de se promener en jupe, alors que la population n’a pas changé. Comment en est on arrivé là ?

    Cette situation profite aussi aux professionnels de la pornographie, aux proxénètes toujours disposés à fournir aux clients de nouvelles femmes pour de nouveaux besoins ; aux pédophiles, aux cercles mafieux. Est ce bien cela que nous voulons ?

    Et plus la riposte des femmes et des féministes est énergique, plus la résistance violente s’organise, car trop d’intérêts sont en jeu.

     

    Reste à comprendre pourquoi les responsables religieux des trois monothéismes ne saisissent pas ces enjeux, et s’opposent unanimement à l’enseignement de la base du respect mutuel entre les sexes, et de leur égalité. Dés qu’on parle d’une éducation à la vie affective et sexuelle, c’est le tollé, orchestré par des associations souvent extrémistes.

    Or demander l’ignorance programmée des enfants , c’est les livrer à une « éducation » par ces images violentes, car les adolescents chercheront toujours bien légitiment  des réponses à leurs questions.

    Ce mélange détonnant d’indifférence gênée de l’école, de mutisme des parents et de pornographie facile sur fonds d’interdits religieux absurdes, est en train de faire de la vie de nos filles et nos petites-filles un enfer dans des sociétés qui régressent.

    Pour ceux qui défendent avec ferveur le « droit à la vie » , ne commence t-il pas avec le droit à une vie sûre de celles qui la donnent ?

    Alors je le redemande, quand les religieux vont ils renoncer aux quelques privilèges accordés par le patriarcat, pour tendre la main aux féministes afin de combattre ces fléaux, et aider à faire advenir la société solidaire et généreuse qu’ils disent appeler de leurs vœux ?

    Quand les responsables religieux, au lieu de s’adresser aux femmes pour réglementer leurs choix, vont ils s’adresser aux hommes pour leur demander de respecter la dignité des femmes et des enfants ? C’est à ce seul prix que l’humanité progressera.

     

     

    Michelle. C .DROUAULT

     

     

     

    *Au milieu de cette déferlante d’images pornographiques, le clitoris des femmes n’a été dessiné et explicité clairement dans les manuels scolaires français que cette année ! C’est à dire que l’organe féminin de la jouissance était nié aux adolescents. Tout un programme….

    « l’excision mentale » des femmes occidentales dénoncée par l’Egyptienne

    El Sadaoui serait donc véridique.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Les femmes font sans cesse l’objet d’injonctions contradictoires. Ces injonctions peuvent varier d’une époque à l’autre ; d’une culture à l’autre.

     Or, le harcèlement est justement caractérisé par une série d’injonctions contradictoires impossibles à satisfaire, qui mettent en situation de stress.

    Les femmes seraient elles harcelées en permanence ?

    Récemment aux Etats-Unis, a été ré-affirmée l’interdiction pour les femmes d’assister bras nus aux séances de la Chambre des Représentants.

    Pendant ce temps, en France, certains édiles persistent à braver le Conseil d’Etat pour empêcher les femmes qui le souhaitent de venir à la plage habillées.

    Et dans le même temps, des Algériennes ont  revendiqué de pouvoir se baigner en bikini sans subir l’opprobre et les persécutions des hommes.

    Avant d’être relaxées par le tribunal sous la pression de groupes féministes, les FEMEN ont été inculpées d’exhibition sexuelle juste parce qu’elles avaient manifesté (comme de coutume) seins nus.

    Parallèlement, la pornographie et la publicité montrent sans cesse des morceaux de corps de femmes dénudés et chosifiés. Mais lorsque ces mêmes groupes protestent contre ces images, ils sont traités de « puritains ».

    On encourage l’allaitement maternel, mais beaucoup sont encore choqués si une femme allaite en public. C’est bien dans les fantasmes des hommes que les seins sont érotisés, et perdent leur fonction d’organe de nourrissage des nouveaux nés

    La liste des injonctions contradictoires reçues serait longue et fastidieuse..

     

    L’auteure Geneviève Fraisse, historienne de la pensée féministe, nous donne une piste d’ explication.

     Partant des théories de l’anthropologue Lévi-Strauss selon lesquelles les femmes auraient été dans de nombreuses ethnies une monnaie d’échange, elle pense que les femmes sont plus que cela :un MOYEN d’échange, un signifiant ; le discours sur elles étant pour les hommes une façon de se dire quelque chose ENTRE EUX.

    Mais les femmes ne sont pas censées exister par elles mêmes. Jamais.

    Cela semble exact si on considère la récente obsession du couvrir/découvrir les femmes à la fois en Orient et en Occident. Serait ce une balle que se renvoient les sociétés à domination masculine (à des degrés divers, visible ou camouflée) exprimant par des oukases sur les codes vestimentaires féminins des formes de pouvoir : colonialiste(France, Belgique) ; anti-impérialiste et nationaliste(Iran, Algérie) ; tribal(Arabie Saoudite) ?

    Il circule quelque chose du discours politique au travers de prétextes idéologiques/et/ou religieux divers et variés, assignant à « LA » femme une apparence précise, icône de la République ou symbole d’une pureté identitaire fantasmée.

    Où est donc notre propre , notre véritable image ? Multiple et insaisissable, elle fait si peur qu’il faut vite la faire disparaître….

    Pour les dictateurs Argentins les femmes de gauche, les femmes « révolutionnaires » qui luttaient pour une vie plus juste pour tous, n’étaient que des putains et il était justifié de les tuer et de leur enlever leurs enfants. L’Iran a exalté les femmes révolutionnaires en tchador, « gardiennes » d’un ordre social nouveau, qui leur a peu à peu ôté beaucoup de droits

     fondamentaux.

    Toutes les représentations qu’on nous somme d’intégrer sont masculines. Nous en écarter pour être enfin nous mêmes sera un long combat. Depuis « On ne nait pas femme, on le devient » de S. de Beauvoir, le questionnement n’a pas cessé. Et le harcèlement pour que nous abdiquions notre intelligence et notre esprit critique persiste, voilant d’un écran de fumée les raisons qui feraient qu’une même attitude serait licite ici, illicite ailleurs…

     

    Les magasines féminins européens et occidentaux sont particulièrement emblématiques  des injonctions faites aux femmes : amantes la nuit ; épouses, mères et ménagères le soir et le week-end, travailleuses dans la journée. 70 heures de travail par semaine au bas mot, avec obligation de jeunesse éternelle, de jouissance obligatoire pour satisfaire l’égo  masculin ; sans oublier la rentabilité économique pour payer les crédits du foyer…

    Ces hebdomadaires sont de véritables manuels de soumission. Une soumission qui se transforme avec les époques, mais elle paraît n’avoir jamais été si complète.

    Dans les années 50-75, selon les classes sociales ciblées, ils étaient remplis d’images de mode, de recettes de cuisine ou de beauté.  L’objectif étant toujours de « garder » à tout prix un homme intrinsèquement volage. ( qu’on se souvienne de l’ironique chanson de J. Gréco : celles là auront appris/la cuisine/qui retient les petits maris/ qui s’débinent).

    L’objectif est toujours identique, mais une partie des recettes sont à présent des recettes de sexe. Les besoins affirmés des hommes ont varié ; c’est ce que ces manuels de dressage sont chargés de bien faire comprendre aux lectrices. Le rôle des femmes n’est que l’adaptabilité aux besoins masculins, pas à leurs besoins propres.

    Ces dernières années, en feuilletant quelques uns des magasines plus populaires, j’ai pu lire des phrases comme : »Négociez du fast-sex une fois par semaine ( !) » ou «  La fellation est maintenant le passage obligé de toute relation », extraits que je vous livre sans commentaires.

    Les femmes qui lisent cela se croient elles « libérées » ? Il n’est pas question de sexualité épanouie mais de service sexuel.

    Cependant la mystification fonctionne. Il est risible de voir les lectrices des mêmes magasines  s’insurger contre certains codes vestimentaires-dans les pays démocratiques- et les déclarer marque intolérable de soumission aux hommes, comme si les femmes de culture occidentale n’étaient soumises à rien !! Elles le sont AUTREMENT. C’est tout.

    Donner des recettes de sexe pour satisfaire le mâle est pire que donner des recettes de cuisine, car l’intégrité du corps est atteinte. Les deux phrases citées plus haut signifient : « laissez vous violer, vous aurez la paix ». Ni plus ni moins. Mais les pages sont saupoudrées d’articles sur l’excision  en Afrique ou le système de dot en Inde, pour bien montrer que les aliénées, ce sont les autres…L’auteure égyptienne Nawal  El Sadaoui évoquait d’ailleurs « l’excision mentale des femmes occidentales », c’est à dire leur incapacité à définir leurs besoins et désirs  propres et de les satisfaire

    Nous sommes toutes égales devant l’adaptabilité forcée aux besoins d’une catégorie d’hommes qu’on nous impose : avoir une femme « sexy »/ ou invisible aux autres ; pour soi tout seul /ou vendable à d’autres.

    Nous sommes toutes encore des marionnettes. Nous aurons à nous transformer en guerrières pour imposer à notre tour d’être des sujets pensants parlants, autonomes ; et non des instruments.

    Certains hommes sont à nos côtés, mais si peu nombreux…

     

    Michelle C. DROUAULT


    votre commentaire
  •  

     

    Le numéro de « LIBÉRATION » du 14 Juin nous offre un exemple emblématique de la mutation de la domination masculine pour continuer à bénéficier de privilèges exorbitants tout en se faisant passer pour « progressiste ».

     

    En effet, à lire les 2 articles en page 27 : « GPA, la Cour de Cassation va-t-elle continuer à tergiverser ? »  et « Être père ou mère , chacun doit pouvoir choisir », nous ne voyons aucune position révolutionnaire, comme leur publication dans un journal dit de gauche tendrait à le faire croire. Simplement deux hommes (dont l’un est universitaire) qui défendent l’un la possession et la confiscation du corps des femmes, la vision de l’enfant comme produit ; l’autre la négation du maternel, concepts ultra-réactionnaires contraires à l’humanisme le plus élémentaire.

     

    Ils nous présentent un verbiage technico –juridique froid et abstrait sur la conception , la grossesse et la maternité, démontrant par là qu’ils ignorent TOUT du corps et du psychisme des femmes, de la relation mère/enfant, et ce qu’est , tout bonnement, un enfant.

     

    Tous deux critiquent à l’envi l’assertion qui les dérange : « la mère est toujours certaine ».

     

    La mère est en effet pour l’enfant celle qui le porte, vit pendant 9 mois avec lui des échanges sanguins, sensoriels, émotionnels. Sa mère est celle qui lui donne naissance, l’accueille en ce monde, lui donne son lait. C’est la seule qu’il connaisse et reconnaisse. Ces premiers échanges sont primordiaux pour la constitution d’un être humain.

     

    À partir de 6 mois, un fœtus reconnaît la voix de sa mère et de ses proches, son rythme cardiaque, sa respiration, réagit à ses émotions. Ce n’est pas sans raison qu’on recommande pour apaiser un nourrisson des rythmes musicaux évoquant les battements de cœur de la mère.

     

    Comment peut-on être assez stupide et ignorant pour penser qu’un nourrisson reconnaît les gamètes ?? qu’il va savoir que celle qui lui a donné la vie(car sans elle, il ne VIVRAIT pas) n’a pas avec lui de lien biologique au sens de l’ADN ? La « mère d’intention » n’est qu’une étrangère pour lui.

     

    La GPA (dont l’appellation même réduit les femmes à des mammifères « gestantes » et leur dénie leur formidable travail de construction des êtres humains) est et restera toujours le fait de programmer sciemment d’arracher un bébé à la seule mère à laquelle il est lié pour le « livrer » à un couple totalement étranger dont il porte juste le pedigree biologique et qui l’a monnayé. Oser évoquer dans ce contexte son « intérêt supérieur » pour exiger une existence légale de ces enfants est une vile supercherie. Cet intérêt supérieur même demanderait simplement qu’il ne subisse pas ce traumatisme.* On comprend donc le législateur d’avoir une répugnance légitime à encourager cette pratique dès lors qu’elle est interdite en France, selon d’ailleurs un consensus assez large.

     

    L’auteur de cette plaidoirie s’obstine à  répéter comme un mantra que « la femme porteuse(sic) n’est pas reliée génétiquement à l’enfant puisqu’on lui confie un embryon qui lui est étranger » comme si ce manque de lien génétique empêchait tout le processus physique et psychique de la grossesse par un procédé magique ! Mais il a de plus l’outrecuidance d’affirmer que cette « femme porteuse » ne VEUT surtout pas être reconnue comme la mère de l’enfant, parlant une fois de plus à la place des femmes. Elle ne le PEUT pas, liée qu’elle est par un contrat de véritable esclavage moderne.

     

    La comparaison avec les enfants nés d’un don d’ovocyte chez un couple hétérosexuel dont la femme est infertile est absurde : ces enfants ne sont pas arrachés à celle qui les a portés !Quant à l’accouchement sous X, sans doute est il mal informé sur les ravages psychiques qu’il  peut provoquer tant chez la mère que chez l’enfant, même lorsqu’il est la seule solution raisonnable.

     

    La GPA est une des plus grandes exploitations capitalistes du XXIe siècle, et Libération s’honorerait à ne pas la défendre. D’énormes sommes d’argent sont en jeu (il faut débourser environ 100 000 euros pour « obtenir » un enfant) Parce qu’ils y trouvaient un intérêt financier, des politiques  en ce monde ont laissé agir de grands groupes pharmaceutiques, et des agences « intermédiaires » qui font des profits juteux en sillonnant le continent Indien et l’Ukraine pour trouver des femmes et des filles pauvres qui n‘ont plus rien à vendre que leurs ovocytes et leur utérus, et les négocient pour avoir juste de quoi entretenir leur famille. C’est la réalité.

     

    On ne peut trouver AUCUNE femme blanche et riche qui ait jamais porté un enfant pour un couple noir stérile et pauvre. Assez d’hypocrisie et de déni. Sans tout l’argent qui gravite autour, la GPA n’aurait jamais connu un tel essor. Et les « produits »  humains voyagent !

     

    On peut faire féconder un ovocyte dans un pays et l’implanter dans un autre à moindre coût…

     

     

    Les grands profiteurs de ce système sont des hommes, car ils ont entre leurs mains le principal  pouvoir économique mondial ; mais aussi une constante demeure :une écrasante majorité d’enfants conçus par GPA ont été des embryons fécondés avec le sperme du père « commanditaire », au sein d’un couple hétérosexuel ou homosexuel.

     

     Ce sont donc encore et toujours des hommes blancs et riches qui étendent chaque jour davantage le champ de leur possessions et de leurs possibles, dans une version de science-fiction du patriarcat : avoir un enfant « estampillé » de son patrimoine génétique en utilisant plusieurs femmes : une donneuse d’ovocyte, une « porteuse », et parfois une mère « légitime » pour l’élever.

     

     La GPA peut être adoptée par un homme par haine des femmes. La féministe espagnole  L.Falcon, dans son analyse de la GPA comme exploitation extrême des femmes, cite un célèbre footballer qui a eu recours à une mère porteuse pour éviter que sa fortune « ne tombe entre les mains d’une femme »…

     

    Dans la deuxième tribune de « Libération », un autre intervenant appelle les études de genre à la rescousse pour défendre l’idée qu’on puisse dorénavant « choisir d’être père ou mère ». En effet une femme transgenre qui avait gardé un utérus, mais était devenue un homme civilement, va donner naissance à un enfant.

     

    La science-fiction continue. Balayant d’un trait de plume le féminin et le maternel, l’universitaire souhaite que nous devenions tous « des sujets de droit neutres ».

     

    Il ne daigne pas s’interroger sur ce que va ressentir un enfant dont la mère s’appellera « Monsieur », et aura soit une compagne, soit un compagnon.

     

    Car enfin, les enfants dont on prétend défendre les droits sont dangereusement absents de toute cette littérature. ET LES ENFANTS ?

     

    Que vont ressentir les enfants qui apprendront comment ils ont été « obtenus » malgré les contes bleus qu’on leur fait ingurgiter ? Quels seront pour eux les conséquences psychiques d’avoir été « couvés » par des femmes qu’on a empêché de s’attacher à eux et transformées en machines ? Comment les enfants de transgenres vont-ils construire leur identité sexuelle ?

     

    Questions brûlantes dont tout le monde se fiche, ce n’est pas le sujet ! Leur « intérêt » aurait  pourtant demandé que l’on s’interroge avec minutie sur ce qu’on leur fait vivre, psychologiquement, socialement, affectivement. Mais non.

     

    Nous les femmes devons nous libérer de ces beaux parleurs qui tentent de nous faire prendre des vessies pour des lanternes pour assouvir leurs caprices et entraîner l’adhésion de l’opinion publique.

     

    Et tous ne nous laissons pas abuser par les histoires « d’amour », rapidement démystifiées.

     

    Récemment un hebdomadaire titrait, au sujet du meurtrier de Marie Trintignant, Bertrand Cantat »Tuer passionnément » ! C’est-à-dire qu’on tente de nous faire passer toutes les violences mortifères des hommes sur les femmes et les enfants pour des marques d’amour.

     

    La presse (à peu d’exceptions prés) manifeste le même apitoiement déplacé pour les pères qui tuent leurs enfants lors d’une séparation d’avec la mère, parlant d’ailleurs très peu des victimes.

     

    On a assez méprisé notre intelligence, et notre lucidité.

     

    Tuer n’est pas aimer ; arracher un enfant à sa mère n’est jamais respectable( sauf en des cas de force majeure) ; et ce qui est possible techniquement peut ne pas l’être humainement.

     

    Il est temps de nous lever pour dire « Assez ».

     

     

     

    Michelle DROUAULT

     

     

     

     

     

    * le traumatisme est à peu près le même que celui des enfants qu’on envoyait en nourrice dés leur naissance de la fin du XVIe au XVIIIe siècle. Depuis Rousseau, de patientes et longues recherches scientifiques et psychologiques ont montré la nocivité dramatique de ces séparations précoces…Trois siècles de progrès successifs en biologie, neurologie, psychopathologie ; l’avènement de la psychanalyse ; l’émergence de la pédiatrie comme discipline, sont ainsi effacés d’un coup de baguette par cette éternelle soif de possession !

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires